• Mon enfant joue aux jeux vidéo : y a-t-il un risque de dépendance ?

    Entre les consoles de salon, les jeux sur ordinateur, les petites consoles portables et aujourd’hui les tablettes et smartphones, les jeux vidéo ont envahi le quotidien des adolescents. Ce loisir, souvent incompris des parents, peut dans de rares cas entraîner une dépendance. 

    Peut-on véritablement parler d’addiction ?

    L’addiction se définit comme une dépendance à une substance, ou dans le cas des jeux vidéo à une pratique, qui perdure en dépit des conséquences néfastes pour la santé, les activités quotidiennes ou l’entourage de l’usager.

  • Dépister une dénutrition chez le bébé

    Dans une intéressante communication lors du récent Congrès des Sociétés de pédiatrie (Lyon), le Nantais H. Piloquet a rappelé que la dénutrition du nourrisson constitue un risque majeur, que le meilleur moyen de la dépister est l’établissement de la courbe de croissance en prenant les mensurations de l’enfant à chaque consultation.

    • La dénutrition apparaît comme une comorbidité fréquente des maladies chroniques de l’enfant, qui augmentent les besoins ; elle résulte d’une inadéquation entre les apports caloriques, et la  dépense énergétique. 

  • couches lavables
  • Couches lavables : pour ou contre ??

    Le retour des couches lavables…et des dermites irritatives du siège

    Les couches lavables sont de plus en plus utilisées en France car considérées comme plus naturelles, plus écologiques et plus économiques. Les dermatologues pédiatriques alertent cependant sur leur possible implication dans la réapparition de dermites irritatives sévères du siège chez les bébés.

  • Le cyberharcèlement

    Alors que les enfants ont accès de plus en plus tôt au smartphone et qu’ils ont un usage de plus en plus intensif de réseaux sociaux, les services de psychopathologie s’intéressent au phénomène grandissant du harcèlement en ligne. Le cyberharcèlement, ou cyberbullying, peut donner l’impression que ses victimes sont poursuivies par des internautes anonymes, la réalité est tout autre.