Le CP : la grande école


  • Le CP : la grande école

    La grande section de maternelle a beau y préparer l'enfant, l'entrée au CP marque un tournant. C'est le début des grands apprentissages - lecture, écriture, calcul -, dans un nouvel environnement. Comment préparer son enfant à cette rentrée ? Les conseils de Christine Brunet, psychologue clinicienne et pédopsychiatre, et Stephan Valentin, psychologue spécialiste de l'enfance.

    Des petits devoirs, des notes, un cahier pour chaque matière, davantage d’attention en classe : l’entrée au CP marque le premier pas dans le système scolaire à proprement parlé, avec ce qu'il implique en organisation, mais aussi en travail fourni.

    Dans la cour, l'ancien grand de la maternelle fait désormais partie des petits. Les CM2 ont en effet 10-11 ans ! A cet âge, un tel écart compte beaucoup…

    Autant de changements qui peuvent effrayer l'enfant, pour qui le CP apparaît comme l'entrée dans l'école chez les grands.

    La crainte de la séparation fait place à la peur de l’échec scolaire. On entre désormais dans le domaine de l’instruction, du savoir – et donc de l’avenir de l’enfant. « L’entrée au CP réveille souvent chez les parents l’angoisse de la réussite, et renvoie à leur propre échec scolaire, note Stephan Valentin. Pour vivre sereinement cette étape, il est important de garder à l’esprit que leur enfant, ce n’est pas eux. Chaque enfant a ses propres points forts et difficultés ».

    Au niveau de l’organisation, cette rentrée 2008 est aussi une grande première, tant pour les parents que les enseignants. « 2008 inaugure de nouveaux rythmes et horaires avec la semaine de 4 jours. Tout le monde se demande un peu ce que cela va donner. », note Christine Brunet.

    Valoriser les apprentissages fondamentaux

    Pour parler à votre enfant du CP, mettez l’accent sur tout ce qu’il va pouvoir faire grâce aux apprentissages du CP : lire ses albums préférés, écrire à sa grand-mère pour son anniversaire, faire des calculs simples. N’hésitez pas à lui faire part de votre expérience, de celle de son frère, sa sœur, son parrain, sa marraine. « Ainsi, il comprendra qu’il n’est pas le seul à aller à l’école, qu’il fait partie d’un groupe familial, mais aussi d’un groupe social où il va se faire des amis », explique Christine Brunet.

    Repérer les lieux

    Comme pour la maternelle, visiter l’école primaire avant la rentrée rassure l’enfant. D’ailleurs, certaines grandes sections de maternelle organisent, à la fin de l’année scolaire, une petite visite dans la future école.

    Instaurer des rituels

    Même si l’on peut déplorer le marketing qui entoure les fournitures scolaires mises en rayon dès juillet, elles sont indissociables du rituel de la rentrée. Faites participer votre enfant à l’achat de quelques fournitures, et notamment du cartable. Ses petits objets créent des repères, et l’aident à gagner en autonomie. « L’enfant aime beaucoup avoir des rites, des petites habitudes : préparer ses vêtements et son cartable le soir, programmer son réveil à sonner pour se lever tout seul », ajoute Christine Brunet.

    Trouver le bon rythme

    La rentrée est, pour tous, le temps du recadrement et du retour des contraintes : horaires de coucher, de repas, de transport. Calez bien votre emploi du temps, car l' enfant déteste être en retard et ressentir que ses parents se bousculent pour arriver à l’heure.

    « Evitez de réveiller votre enfant au dernier moment, sous prétexte qu’il dorme 10 minutes de plus. Mieux vaut qu’il ait un peu de marge… non pas pour regarder la télévision, mais pour s’habiller seul, prendre un vrai petit déjeuner - sans la télé. C’est important que l'enfant s’habitue à ne pas faire deux choses en même temps. », insiste Christine Brunet.

    Enfin, inutile de surcharger son emploi du temps avec de nombreuses activités extra-scolaires, sous prétexte de le stimuler. Cela ne ferait que le fatiguer.

    Faire confiance aux enseignants...

    Les enseignants sont là pour accueillir les enfants, les instruire : c’est leur métier. Aller à la réunion de rentrée, faire connaissance avec la maîtresse, se renseigner sur les consignes à respecter, les révisions, la page de lecture du soir est un moyen intelligent de s’impliquer dans la vie scolaire de son enfant. « L’enfant doit voir que ce lieu de l’école n’est pas totalement scindé de la maison, mais que les parents sont là pour faire le lien », explique Christine Brunet.

    ... Et à son enfant !

    Oui, votre enfant va apprendre à lire en CP, mais il a toute l’année pour cela ! Et gardez à l’esprit que chaque enfant a son rythme. Evitez les comparaisons avec son camarade de classe, son grand frère ou le fils de votre amie.

    Quand s’inquiéter ?

    Un changement de comportement - pipi au lit, problème de sommeil, fatigue, colère - chez l’enfant doit alerter. Sans toutefois s’alarmer, il est bon de prendre contact avec la maîtresse, mais aussi le pédiatre, pour une petite visite de contrôle.

    En savoir plus - A lire avec votre enfant
    J’entre au CP !, Delphine Saulière et Clément Devaux (Bayard Jeunesse, 2007)
    Vive la grande école, Claude Gutman (Casterman, 2004)
    Le Cartable peureux, Marc Cautin et Elisabeth Schlossberg (Père Castor – Flammarion, 2002)

    Derniers Articles

    Mercredi, Juin 6, 2018 - 16:05

    Période de transition complexe entre l'enfance et l'âge adulte, l'adolescence est une phase d'inc


    Jeudi, Avril 5, 2018 - 07:48

    Le fait d'organiser des fêtes d'anniversaire n’est pas forcément plaisant !


    Tous les tags