Les vaccins du voyageur


  • Les vaccins du voyageur

    Un grand nombre de maladies liées aux voyages peuvent être prévenues par la vaccination. La stratégie vaccinale est de plus en plus personnalisée et adaptée au voyageur.

    Les risques réels auxquels est confronté un voyageur varient en fonction de plusieurs paramètres : le contexte épidémiologique international, la situation sanitaire et le niveau d’hygiène du pays visité, les conditions et la durée de son séjour, son activité sur place, son âge et son statut vaccinal antérieur. Certaines destinations nécessitent, pour le choix de la prévention, de connaître les détails du voyage : itinéraire, saison, conditions (routard ou Club Med…).

    En se référant au BEH « Recommandations sanitaires pour les voyageurs », les vaccinations sont listées ici par ordre alphabétique pour en faciliter la lecture. Les sites indiqués en référence devant permettre d’identifier, pour chaque pays de destination, les maladies endémiques et les vaccinations recommandées. › La consultation pré-voyage est l’occasion de mettre à jour, y compris pour les personnes âgées, les vaccins du calendrier vaccinal. Le voyageur issu d’un pays développé ne réalise pas les risques de contracter un tétanos, une diphtérie ou une poliomyélite, maladies encore présentes dans nombre de pays en voie de développement. › Seule la vaccination contre la fièvre jaune est soumise à un règlement sanitaire international qui la rend obligatoire au passage de certaines frontières. Les autres vaccinations sont recommandées en fonction de l’individu, du lieu et des conditions du séjour. Les cas particuliers, femme enceinte, enfants, immunodéprimés ont vu les indications de prophylaxies vaccinales s’adapter en fonction des risques. › Il est préférable de commencer les vaccinations le plus tôt possible, certaines nécessitant plusieurs injections ou ayant un délai d’efficacité de quelques semaines. Trois ou quatre vaccinations peuvent être injectées en des sites différents lors d’une même séance mais il faut respecter le délai minimum entre deux doses d’un même vaccin. Un délai d’un mois avant le voyage pour réaliser le calendrier vaccinal représente un minimum raisonnable.

     

    Choléra : Même dans des pays touchés par la maladie, le risque de cholera pour un touriste est faible si les précautions concernant l’eau et la nourriture sont respectées. Aussi, le vaccin anticholérique est recommandé uniquement pour les personnes intervenant auprès de malades, en situation épidémique. Il existe un vaccin anti-cholérique per os : Dukoral® : deux doses à une semaine d’intervalle.

     

    ENCÉPHALITE JAPONAISE

    L’épidémie sévit en Asie. La vaccination contre l’encéphalite japonaise n’est pas recommandée systématiquement à tous les voyageurs se rendant dans ces régions, seules sont concernées :

    – les personnes expatriées ou devant y résider plus d’un mois ;

    – les personnes se rendant dans ces régions avec une activité en extérieur plus importante, en zone de rizières ou de marécages, notamment pendant la saison des pluies et les personnes faisant du camping, des randonnées en particulier dans les zones ou l’irrigation par inondation est pratiquée.

    Le vaccin (inactivé), Ixiaro®, est disponible seulement dans les centres agréés de vaccinations internationales (CVI). La vaccination nécessite deux injections à J0 et J28 (demi dose au dessous de 3 ans, autorisé dés l’âge de 2 mois) avec un rappel de 12 à 24 mois plus tard. Coût : 105 euros l’injection

     

    ENCÉPHALITE À TIQUES

    La maladie est provoquée par un arbovirus et transmise par la tique du cerf ou la tique du mouflon. Une transmission du virus est également possible par l'alimentation et plus précisément via le lait non-pasteurisé de vaches infectées.

    La vaccination est recommandée pour les séjours printaniers ou estivaux en zone rurale ou boisée, en Suisse, Allemagne, Autriche et Europe de l’Est ainsi que dans le nord de l’Asie centrale, le nord de la Chine et le nord du Japon.

    Deux vaccins (à partir d’un virus inactivé) sont disponibles : le Ticovac® et l’Encepur® avec des injections à M0, M 2, M 9, rappel entre 3 et 5 ans (3 ans pour les personnes de plus de 60 ans).

    Un schéma accéléré existe : J 0, J 14, et troisième dose entre 5 et 12 mois pour le Ticovac et J0, J7, J21 pour l’Encepur® avec un rappel à 12 à 18 mois.

    La vaccination est possible dès l’âge de 1 an. La protection officielle est de 3 ans mais probablement « à vie ». Coût : environ 55 euros.

     

    FIÈVRE JAUNE

    La zone endémique inclut les régions intertropicales d’Afrique et d’Amérique du Sud. La fièvre jaune est une maladie grave et même dans les 26 pays où le vaccin est simplement recommandé, la vaccination doit être pratiquée, même pour un séjour court, même si le pays ne l’exige pas a l’entrée.

    Selon l’OMS, en 2013, 200 000 cas et 30 000 décès liés à la fièvre jaune ont été recensés. Le nombre de cas a progressé depuis vingt ans en raison de la diminution de l’immunité de la population, de la déforestation, de l’urbanisation et des mouvements de population

    Lorsque la vaccination est impossible, un voyage en zone d’endémicité doit être formellement déconseillé.

    Le vaccin, Stamaril®, est disponible seulement dans les CVI. L’injection doit être effectuée au moins 10 jours avant le départ. La vaccination est recommandée à partir de 9 mois pour les enfants se rendant dans un pays à risque et, exceptionnellement, dès l’âge de 6 mois si le nourrisson doit séjourner en milieu rural ou en forêt ou dans une région ou sévit une épidémie. Comme il s’agit d’un vaccin vivant, elle est en principe déconseillée chez la femme enceinte, quel que soit le stade de la grossesse, sauf si le voyage en zone d’endémie ne peut être différé. En cas d’allaitement, il est préférable d’attendre les six mois de l’enfant pour vacciner la mère. Si la vaccination est impérative, l’allaitement sera provisoirement suspendu. Le vaccin est contre-indiqué pour les immunodéprimés. Attention au respect d’un délai minimal de 28 jours entre la vaccination amarile et les autres vaccins à virus vivants atténués (sauf en cas de départ imminent), mais ils peuvent être réalisés simultanément. Coût 45 euros.

    L'OMS, en mai 2013, a déclaré que les rappels de vaccination contre la fièvre jaune n'étaient plus nécessaires : « une dose unique de vaccin antiamaril est suffisante pour conférer une immunité protectrice contre la fièvre jaune tout au long de la vie, l'administration d’un rappel n'est plus nécessaire », mais le règlement sanitaire international actuel, qui s'applique à 194 pays dont la France, n’a pas encore été modifié. En France, le Haut Conseil de la Santé Publique, dans un avis du 24 janvier 2014, ne recommande pas encore la suppression des rappels tant que le règlement international ne sera pas changé.

     

    FIÈVRE TYPHOÏDE

    La maladie est endémique en Asie du Sud, particulièrement dans le sous-continent indien. La vaccination est recommandée pour :

    – les séjours prolongés dans les pays à bas niveau sanitaire ;

    – en cas de voyage en « routard » avec hygiène précaire ;

    – les voyageurs se rendant à Mayotte.

    Deux vaccins existent : Typhim VI ® et Typherix ® avec une seule injection deux semaines avant le départ, possibles chez l'enfant à partir de l'âge de 2 ans. La durée de protection est de 3 ans. Coût : 50 euros.

    Compte tenu de son efficacité protectrice partielle – seulement 50 à 70 % – le vaccin ne se substitue pas aux mesures de précautions vis-à-vis de l’eau, des aliments et du lavage des mains.

     

    HÉPATITE A

    Dans les pays industrialisés, l'hépatite A atteint surtout une population adulte non naturellement immune et chaque jour un peu moins immune.

    1 096 cas d’hépatite A ont été déclarés en 2012 en France, 36 % sont liés à un voyage dont la moitié au Maghreb. La sévérité de la maladie s’accentue avec l’âge : la létalité globale est de 0,3% mais augmente avec l’âge : 2 % › 40 ans.

    Le vaccin est recommandé pour les séjours dans les pays à bas niveau d’hygiène.

    Deux vaccins (virus inactivé) sont disponibles : Havrix® et Avaxim® nécessitant une dose puis un rappel entre 6 à 18 mois. Cette seconde dose peut être administrée jusqu’à 3 ou 5 ans après la première suivant la spécialité. Pour les enfants de 1 à 15 ans existe un vaccin pédiatrique dosé à 720 U. La protection est obtenue 14 jours après l’administration d’une seule dose. Coût : 43 euros.

    Le rappel officiel est à 10 ans même si, selon certains experts, il ne serait plus nécessaire.

    Il faut rappeler l’existence de deux vaccins en association :

    – vaccin « hépatite A + fièvre typhoïde » : Tyavax® (85 euros) ;

    - vaccin « hépatites A + B » : Twinrix® (50 euros) Mais leur schéma de vaccination nécessite trois injections : M0 - M1 - M6.

    Un dépistage des anticorps IgG anti-VHA à la recherche d'une infection ancienne dispensant de la vaccination, peut être proposé :

    – aux personnes nées en France avant 1945 ;

    – à ceux qui ont séjourné plus d’un an dans un pays de forte endémicité ;

    – à ceux qui ont un antécédent évocateur d’ictère dans l’enfance.

    Chez les enfants de moins de 6 ans, l’hépatite A est presque toujours bénigne et le vaccin n’est pas forcément indispensable (compte tenu, notamment, de son coût élevé).

     

    HÉPATITE B

    En France, en 2013, une centaine de cas ont été notifiés dont 80 % au retour d’un pays endémique. Dans les DOM, entre 20 et 30 cas sont déclarés chaque année (Martinique, Guadeloupe, Réunion, Mayotte). 21 millions de cas sont recensés dans le monde et 200 000 décès.

    La prévalence est surtout importante en Asie du Sud-Est (zone la plus touchée), en Asie centrale, en Afrique du Sud, et en Amérique latine.

    Le vaccin est recommandé uniquement aux voyageurs :

    – faisant des séjours fréquents ou supérieurs à trois semaines dans les pays à forte ou moyenne prévalence du portage chronique du virus.

    Et surtout à ceux :

    – ayant une activité dans le secteur de la santé ;

    – ayant des comportements à risques : sexuels, tatouages, piercing, etc.

    Le schéma vaccinal habituel avec les vaccins Genhevac® B, Engerix® B est J0, J30, M6.

    En cas de départ imminent est proposé un schéma à J 0, J 30, J 60, rappel à un 1 an, un autre protocole accéléré possible : J 0, J 7, J 21, rappel à 1 an.

     

    INFECTIONS INVASIVES À MENINGOCOQUES A, C, Y, W135

    Chaque année, 1,2 millions méningites à méningocoque sont recensées dans le monde (7 000 en Europe). 80 à 85 % sont des méningocoques A et surviennent dans les pays de la ceinture méningitique (Bénin, Burkina-Faso, Cameroun, Côte-d'Ivoire, Djibouti, éthiopie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Nigéria, République Centrafricaine, Somalie, Soudan, Tchad, Togo).

    La vaccination est recommandée pour :

    – les pays où sévit une épidémie ;

    – la zone à risque, soit l’Afrique subsaharienne pendant la saison sèche (hiver et printemps) ;

    – en cas de contacts étroits et prolongés avec la population locale (enfants à l’école locale, instituteurs, professions de santé, etc.). La vaccination n’est pas recommandée chez les autres voyageurs réalisant des séjours courts et ayant peu de contacts avec la population locale.

    Plusieurs vaccins sont disponibles en France :

    – trois vaccins conjugués univalents (C) : Meningitec®, Menjugatekit®, Neisvac® ;

    – un vaccin bivalent (A + C) : vaccin méningococcique A + C polyosidique , injectable dès 6 mois.

    – trois vaccins tétravalents (A, C, Y, W 135) :

    › conjugués : Menveo® à partir de 2 ans et Nimenrix® à partir de 1 an ;

    › non conjugués : Mencevax®, utilisable à partir de 2 ans ;

    – deux vaccins très récents :

    › Bexsero®, premier vaccin contre la méningite B (dès l’âge de 2 mois) ;

    › Men Afri Vac® : un nouveau vaccin contre la méningite A de très grande efficacité.

    › Le Haut Conseil de la Santé Publique recommande les vaccins « tétravalents » A, C, Y, W 135, de préférence les vaccins « conjugués » (Menveo® et Nimenrix®) plutôt que les vaccins « non conjugués » (Mencevax®) en raison d’une meilleure immunogénicité. Coût : 52 euros.

    Le vaccin tétravalent A, C, Y, W135 est exigé pour les pèlerins se rendant à La Mecque et à Médine (un certificat de vaccination international datant de plus de 10 jours et de moins de 3 ans est exigé par les autorités saoudiennes).

    Pour tous ces vaccins, une injection au moins dix jours avant le départ suffit. La durée de protection est de trois ans.

     

    RAGE

    La rage est responsable de 55 000 décès par an dans le monde, 30 000 en Asie et 23 000 en Afrique.

    En Asie du Sud Est, 11 pays sont touchés, dont 8 endémiques. Les trois pays qui arrivent en tête sont : Myanmar, Inde, Bangladesh.

    Le vaccin est recommandé pour tous les séjours prolongés ou aventureux en situation d'isolement dans un pays à haut risque.

    Le vaccin inactivé (vaccin Rabique Pasteur® ou vaccin Rabipur®) comporte trois injections à J0, J7, J21 ou 28. Coût : 50 euros.

    Selon les recommandations de l’OMS en 2010, les doses de rappel à 1 an puis tous les 5 ans, ne sont plus nécessaires.

    Attention, la vaccination préventive ne dispense pas d'un traitement curatif mis en œuvre le plus rapidement possible après exposition.

     

    ROUGEOLE

    La vaccination contre la rougeole (virus vivant atténué) est recommandée dans le calendrier vaccinal à 12 mois. Cependant, pour les nourrissons qui doivent voyager, elle peut être pratiquée dés l’âge de 6 mois avec une dose de vaccin monovalent (Rouvax®) ; ces nourrissons recevront ultérieurement les deux doses de vaccin (ROR) conformément au calendrier vaccinal.

    Rappel : un délai minimum de 28 jours doit être respecté avec la fièvre jaune mais ils peuvent être réalisés simultanément. En cas de départ imminent en zone d’endémie malarique, ils seront administrés avec n’importe quel intervalle.

    Pour les personnes nées à partir de 1980, deux injections au total de vaccin trivalent sont conseillées quel que soient les antécédents vis-à-vis de ces maladies.

     

    TUBERCULOSE

    La vaccination par le BCG est recommandée pour les enfants dés la naissance, et jusqu’à 15 ans, en cas de séjours fréquents ou supérieurs à un mois dans un pays à forte incidence tuberculeuse : continent africain dans son ensemble, pays d’Amérique centrale et du Sud, continent asiatique dans son ensemble et les pays d’Europe centrale et de l’Est.

    Derniers Articles

    Mercredi, Juin 6, 2018 - 16:05

    Période de transition complexe entre l'enfance et l'âge adulte, l'adolescence est une phase d'inc


    Jeudi, Avril 5, 2018 - 07:48

    Le fait d'organiser des fêtes d'anniversaire n’est pas forcément plaisant !


    Tous les tags